-A A +A
Partager sur Facebook
MOT DE LA PRÉSIDENTE

MOT DE LA PRÉSIDENTE

De la formation continue

Est-elle intégrée au vécu professionnel des infirmières ou est-elle vue comme une obligation à laquelle on doit se conformer?

Danielle Gélinas
Ginette Bernier

Depuis quelques années déjà, la formation continue est souvent un sujet de discussion, soit au travail, soit dans les rencontres entre professionnels de la santé. Mais qu’en est-il vraiment du sens propre de l’expression?

La formation continue, c’est maintenir ses compétences à jour dans une perspective de protection du public et d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins. Comment arriver à convaincre les 73 000 membres de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) d’y adhérer?

En 2011, l’OIIQ a instauré une norme professionnelle en regard de la formation continue. Chaque infirmière ou infirmier a l’obligation en cours d’année de suivre 20 heures de formation, réparties en 13 heures de formation non accréditée et 7 heures de formation accréditée. Au moment du renouvellement du permis d’exercice, la déclaration du nombre d’heures effectuées en formation se doit d’être inscrite sur le formulaire prévu à cet effet. L’infirmière doit aussi tenir un registre annuel de ses activités de formation continue et le conserver pendant cinq ans.

L’OIIQ a déjà mis en place des moyens pour faciliter le respect de cette norme (formation continue en salle, site Mistral et article dans la revue Perspective infirmière). L’Ordre régional des infirmières et infirmiers de Chaudière-Appalaches y contribue aussi par la distribution de bourses en soutien à la formation universitaire. L’organisation de journées de formation et la distribution de gratuité pour les formations données par l’OIIQ sont aussi des occasions qui vous sont offertes. Les membres du Conseil d’administration ont à cœur le développement des compétences de nos membres. C’est pourquoi, depuis les deux dernières années, nous avons travaillé à mettre en place des moyens et des activités pour que les infirmières de Chaudière-Appalaches soient vraiment dans un cheminement d’amélioration continue et, dans un avenir rapproché, nous y travaillerons encore.

Selon les résultats de 2015, notre région est au 9e rang au Québec par rapport au taux de conformité avec la norme de formation continue. Nous avons gagné un échelon par rapport à l’année précédente. Actuellement, c’est 80,4 % des 2 402 membres visés dans notre région qui ont répondu à l’appel. Nous en sommes fiers et nous considérons que nous pouvons encore faire mieux.

Toutefois, les résultats ne sont que des chiffres. Ils mesurent un aspect de la situation, mais ils n’indiquent aucunement ce qui se passe en amont (la motivation des participants) ou en aval (les résultats obtenus sur la qualité des soins). Donc, au-delà des statistiques, il faut trouver le moyen d’inciter les infirmières à vouloir exercer leur plein champ de compétences et, pour y arriver, la formation continue est le passage obligé à respecter. C’est par la qualité des gestes posés et la justesse des arguments qui appuient ces actions que nous serons en mesure de bien positionner le rôle de l’infirmière.

À vous toutes qui, chaque année, cherchez une formation pour répondre à une norme, placez-vous dans une position où vous vous demandez plutôt : Quelles sont les compétences à aller chercher cette année pour améliorer le service que je donne à mes clients? La motivation viendra certainement plus facilement.

Au plaisir de se rencontrer prochainement lors d’une formation!

Ginette Bernier, inf., M. Sc. Adm.
Présidente de l’ORIICA

Recherche

Mots clés

TD